Pierre sèche

L’art et la technique de la pierre sèche

La pierre sèche constitue une pratique de construction ancestrale qui, pourtant, s’inscrit à merveille dans notre époque. En effet, l’art de la pierre sèche permet de respecter l’environnement et le cadre d’un point de vue à la fois architectural et naturel.
Mais avant tout, qu’est-ce que la pierre sèche?
La pierre sèche désigne un matériau à bâtir écologique et durable, tout en étant économique. Cela représente également l’art de sa pose. La construction en pierre sèche repose sur un principe simple: l’absence de matériaux de synthèse, de ciment ou de matière de scellement. Les pierres sont ainsi libres et l’art de la pratique réside dans la capacité du murailler, l’artisan de la pierre sèche, à réaliser des édifications parfaitement solides et fiables uniquement basées sur ces pierres.

Réalisations de murs en pierre sèche

Petit soutènement
et escalier

Mur de soutènement de bassin

Création d’un mur de soutènement en arrondie. Au milieu du mur arrivé d’eau en cascade à 1,40m du sol Le pied du mur se trouve dans l’eau. Finition du mur en «déharpes» (la harpe est la saillie des pierres devant servir au raccordement d’un mur ultérieur).
CARACTÉRISTIQUES TECHNIQUES:
Longueur: 7,70m – Profondeur 0,85m – Hauteur: maximale 1,80m / minimale 1m Surface du mur: 10m² – Cubage: 8 mètres cube – Tonnag : 16 Tonnes

Restauration d’un mur
de soutènement

Les nombreux avantages de la pierre sèche

En l’absence de liant entre les pierres, ces dernières sont ainsi réutilisables à l’infini, ne créant aucun déchet superflu. La pierre sèche représente ainsi une technique respectueuse de son environnement.
D’autre part les murs, terrasses et autres bâtis en pierre sèche possèdent une vertu importante qui est inhérente à la structure créée: ils favorisent l’écoulement naturel des eaux pluviales et évitent ainsi le ravinement ou les glissements de terrain.
Par ailleurs la technique de la pierre sèche est fiable lorsqu’elle est parfaitement maîtrisée et mise en oeuvre dans les règles, de sorte que les constructions réalisées en pierre sèche peuvent durer des dizaines d’années et même des siècles avec un entretien simple à effectuer régulièrement pour préserver les atouts de la pierre sèche.
D’un point de vue strictement esthétique, la pierre sèche permet de créer des éléments architecturaux s’intégrant naturellement dans leur environnement. Les constructions réalisées grâce à la pierre sèche sont d’une très grande variété. Les innombrables déclinaisons possibles avec la pierre sèche autorisent une grande liberté créative. De cette façon les artisans muraillers mettent leur imagination et leur savoir-faire au service des propriétaires amateur d’ouvrage de qualité et d’esthétisme durable. Édifiées en pierres locales, les ouvrages de pierre sèche se fondent subtilement dans l’environnement.
Technique séculaire, la pierre sèche donne lieu à des compositions architecturales s’insérant dans leur cadre minéral et végétal en toute élégance pour des résultats époustouflants de raffinement et de naturel.

La contribution de la pierre sèche à la préservation de l’environnement

Les constructions en pierre sèche possèdent une fonction naturelle de drainage de l’eau: de part leur structure aérée, elles ralentissent le mouvement d’écoulement des eaux sans le bloquer et préviennent ainsi l’appauvrissement des terres et le ravinement. En murs de soutènement, les bâtis de pierres sèches retiennent la terre et empêchent les glissements de terrain et l’érosion des sols: ils consolident les terrains et jouent un rôle de renfort considérable. En outre, la forme aéré bénéficie d’un système de ventilation naturelle qui préserve et régule l’humidité sans l’emprisonner et conserve la chaleur emmagasinée par la terre. De cette manière, la pierre sèche est idéale pour la protection des zones humides.
D’autre part, l’agencement en pierre sèche génère des niches biologiques naturelles pour préserver la biodiversité: les fins espaces entre les pierres donnent un habitat pour les insectes, araignées, reptiles qui s’autorégulent et permettent de préserver la vie animale locale.
L’utilisation de pierre locale limite l’impact environnemental, en particulier en matière de dioxyde de carbone et contribue à la limitation de l’effet de serre, luttant ainsi contre le réchauffement climatique.

La pratique de la pierre sèche reconnue et protégée

En 2018, la pierre sèche bénéficie d’une reconnaissance internationale car elle est inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO.
Depuis juillet 2019, l’art de la pierre sèche est pris en compte au niveau européen. En effet, le Conseil de l’Europe a publié un mémento à l’occasion de la Convention Européenne du Paysage concernant la thématique des approches intégrées pour la surveillance du paysage. A cette occasion, les préconisations du rapport de l’usage de la pierre sèche sont reprises et encouragées.
Ainsi les grandes qualités de la pierre sèche sont officiellement reconnues et considérées.
La Carrière de la Pierre de Beauchamps propose une formation professionnelle au métier de murailler pour diffuser les compétences et savoir-faire concernant la pierre sèche.

Découvrez notre formation de murailler

La pierre sèche inscrite au patrimoine immatériel de l’UNESCO

L’UNESCO décrit ainsi la technique de la pierre sèche:

“L’art de la construction en pierre sèche correspond au savoir-faire associé à la construction d’ouvrages en pierre en empilant les pierres les unes sur les autres sans utiliser aucun autre matériau, si ce n’est parfois de la terre sèche. Les structures en pierre sèche sont présentes dans la plupart des zones rurales – principalement sur des terrains accidentés – tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des espaces habités. Elles ne sont toutefois pas absentes des zones urbaines. La stabilité des structures est assurée par un choix et un placement soigneux des pierres. Les structures en pierre sèche ont façonné des paysages multiples et fort variés, permettant le développement de différents types d’habitats, d’agriculture et d’élevage. Ces structures témoignent des méthodes et pratiques utilisées par les populations depuis la préhistoire jusqu’à l’époque moderne pour organiser leurs espaces de vie et de travail en optimisant les ressources naturelles locales et humaines. Elles jouent un rôle essentiel pour empêcher les glissements de terrain, inondations et avalanches, lutter contre l’érosion et la désertification des terres, améliorer la biodiversité et créer des conditions microclimatiques adéquates pour l’agriculture. Les détenteurs et praticiens sont les communautés rurales dans lesquelles l’élément est profondément enraciné, ainsi que les professionnels du secteur de la construction. Les structures en pierre sèche sont toujours réalisées en parfaite harmonie avec l’environnement et la technique est représentative d’une relation harmonieuse entre les êtres humains et la nature. La pratique est principalement transmise à travers une application pratique adaptée aux conditions propres à chaque lieu.”

Retrouvez l’article sur le site de l’UNESCO